15 février 1794 : Naissance du drapeau Français

15 février 1794 : Naissance du drapeau Français

Le drapeau de la France, bleublancrouge, également appelé « drapeau tricolore », ou simplement « drapeau français », est l’emblème et le drapeau national de la République française. Il est le drapeau de la France sans interruption depuis 1830. Il est mentionné dans l’article 2 de la Constitution française de 1958

0 comments

15 février 1794: Trois couleurs pour la France
Emblème national de la République, le drapeau tricolore est né sous la Révolution française, de la réunion des couleurs du roi (blanc) et de la ville de Paris (bleu et rouge). Aujourd'hui, le drapeau tricolore flotte sur tous les bâtiments publics. Il est déployé dans la plupart des cérémonies officielles, qu'elles soient civiles ou militaires.
Marianne
Le drapeau tricolore n'a pas encore trouvé son historien. Le flou historique qui entoure sa naissance laisse libre champ aux légendes qui l’auréolent de poésie : nombre d'hommes illustres, dit-on, se sont penchés sur son berceau pour le parer de ses couleurs.
Utilisation des trois couleurs sous la royauté
Les emblèmes utilisés reflétaient les trois ordres traditionnels de la société, avec : 
- une bannière religieuse qui fut d'abord l'oriflamme de l’abbaye de Saint-Denis puis la bannière de Jeanne d'Arc ou de saint Michel;
- un étendard royal ou seigneurial, en l'occurrence les fleurs de lys sur fond bleu puis la cornette blanche (également adoptée par la flotte) ;
- un signe de reconnaissance pour les fantassins qui fut d'abord la croix rouge sur fond blanc puis la croix blanche sur fond souvent bleu (comme pour le pavillon de la marine marchande).
Bleu, blanc et rouge au cours de l'histoire
La couleur rouge vient de ce que les rois de France, dans les heures de grand péril, brandissaient la bannière de Saint-Denis, rouge du sang du martyr. Cette tradition a été reprise par les Parisiens insurgés contre le roi Louis XVI, de sorte que le drapeau rouge est devenu le symbole mondial des luttes ouvrières !
Panache_Blanc_d_Henri_IV
Le panache blanc d'Henri IV
Le blanc est la couleur traditionnellement associée à la monarchie française, à tel point qu'après la Révolution, elle incarnera le monarchisme traditionnel. Cette association ne date que de la fin du XVIe siècle, même si elle continue une série de traditions plus anciennes. Elle provient de l'adoption par Henri IV de l'écharpe blanche et du fameux panache blanc comme signe distinctif des armées royales par opposition à celles, rouges ou vertes, des Espagnols et des Lorrains. Il faisait en fait de la couleur du parti huguenot, auquel il avait appartenu avant son accession au trône, celle de la France. Ses successeurs prendront soin de taire cette origine protestante pour insister au contraire sur son caractère catholique. 
Le blanc est la couleur d'une écharpe que les chefs des armées et le roi en personne arboraient au combat, sous l'Ancien Régime, pour signaler leur grade. C'est seulement en 1815, sous la Restauration, qu'il est devenu le symbole de la monarchie.
Revêtir la chape de saint Martin est le symbole de la légitimité que confère l'Église au roi, en particulier au moment du sacre, et réciproquement de la politique de la France capétienne, « fille aînée de l’Église », s'appuyant sur les évêques et le pape. C'est donc au début du règne des Capétiens que la chape de saint Martin se colore en bleu. Le bleu est ainsi intimement associé aux rois de France et figure très tôt dans leurs armoiries fleurdelisées, dont l'usage militaire apparait au XIIe siècle. 
Le Drapeau de Paris
L'usage d'un drapeau pour représenter une nation comme la France n'existe pas avant le XIXe siècle. Il existe des bannières qui servent aux armées de signes de ralliement des chevaliers et des hommes d'armes d'un même ban (circonscription territoriale de mobilisation militaire d'un comté, baronnie, ville, diocèse, abbaye). Elles ont une forme et des couleurs qui sont tirées des armoiries du comte ou de la ville.
Flag_of_Paris_with_coat_of_arms_svg
Les couleurs de Paris 
Au milieu du XIVe siècle, Étienne Marcel (riche drapier devenu prévôt des marchands de Paris) adopta comme couleurs le bleu et le rouge, qui devinrent alors la marque de ses partisans et de l'Échevinage. 
Maître de la capitale, il profita de la captivité du roi Jean le Bon pour tenter d'imposer des réformes au dauphin Charles de manière unilatérale. 
Le 22 février 1358, il prit d'assaut le palais royal de l'île de la Cité avec ses hommes, qui massacrèrent deux maréchaux du dauphin sous les yeux de celui-ci ; Marcel mit alors son chaperon bleu et rouge sur la tête du jeune régent devenu son otage. Après la mort du prévôt, le bleu et le rouge se confondirent avec les couleurs du blason parisien.
Une cocarde avant d'être un drapeau
Avant d'être drapeau, le tricolore fut cocarde. On raconte que c’est La Fayette qui donna à Louis XVI, reçu à l'Hôtel de Ville trois jours après la prise de la Bastille, une cocarde tricolore, en déclarant : « Je vous apporte une cocarde qui fera le tour du monde ». Le blanc représentait la monarchie, tandis que le bleu et le rouge reprenaient les couleurs de la ville de Paris, signe, selon le maire de la ville, de « l'alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple ». La cocarde tricolore devint alors un symbole de patriotisme et commence à fleurir aux boutonnières.
Cependant, les couleurs bleu, blanc, rouge étaient depuis longtemps employées ensemble ou séparément comme symbole de l'autorité de l'État en France. Mais une cocarde n'était qu'un signe d'appartenance à une unité militaire : ce n'était pas encore un emblème national.

À l'automne 1790, l'Assemblée constituante décida que tous les vaisseaux de guerre et navires de commerce français porteraient un pavillon à trois bandes verticales : rouge près de la hampe, blanc au centre, bande plus large que les autres, bleu à l’extérieur. Le sens vertical permettait de le distinguer du pavillon néerlandais dont les couleurs rouge, blanc, bleu, disposées à l'horizontale, flottaient sur toutes les mers depuis un siècle déjà.
2454905-illustration-cocarde-tricolore-vectoriel
Drapeau de Paris
Le drapeau tricolore ne prit sa forme définitive que le 15 février 1794 (27 pluviôse an II) lorsque la convention nationale décréta que le pavillon national « sera formé des trois couleurs nationales, disposées en bandes verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu et le rouge flottant dans les airs ». La légende voudrait que ce soit le peintre Louis David qui ait choisi l'ordre des couleurs.
Comment s'est imposé la bannière Tricolore
À plusieurs reprises, le drapeau tricolore fut menacé. Il perdit son bleu et son rouge lors du retour de la monarchie de 1814 à 1830, qui ne conserva que le blanc royal. 
Il reparut fièrement tricolore sur les barricades des Trois glorieuses, les 27, 28 et 29 juillet 1830, brandi comme signe de ralliement républicain face à Charles X. 
Louis-Philippe, mis sur le trone par la monarchie de Juillet, accepta le retour du drapeau bleu, blanc, rouge, proclamant que « la nation reprenait ses couleurs ».

Le 25 février 1848, lors de la proclamation de la République, les insurgés voulurent un drapeau totalement rouge. C'est Lamartine qui sut trouver les mots, en poète, et galvaniser la foule, en homme politique, pour sauver le drapeau national.
« ... le drapeau rouge, que vous-même rapportez, n'a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 1791 et 1793, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie ».
Alphone_de_Lamartine
Alphonse de Lamartine
«... le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. [...] Si vous m'enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous enlevez la moitié de la force extérieure de la France, car l'Europe ne connaît que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la République et de l'Empire. En voyant le drapeau rouge, elle ne croira voir que le drapeau d'un parti ; c'est le drapeau de la France, c'est le drapeau de nos armées victorieuses, c'est le drapeau de nos triomphes qu'il faut relever devant l'Europe. La France et le drapeau tricolore, c'est une même pensée, un même prestige, une même terreur au besoin pour nos ennemis.»
Il entre dans la Constitution de la Ve République
Sa genèse mouvementée, traversée par la grande et la petite histoire, ses multiples représentations dans des œuvres romanesques ou picturales, la richesse symbolique de ses couleurs où se mêlent le chaud et le froid, l’ont ancré au cœur de notre identité. Il est aujourd’hui le seul emblème national que définit l'article 2 de la constitution de la Cinquième République.
constitution-1958

Article 2.

- La langue de la République est le français. 
- L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. 
- L'hymne national est « La Marseillaise ». 
- La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ». 

Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
Il ne tient qu'à nous de le faire vivre dans les petites comme dans les grandes occasions !

Et surtout et par-dessus tout
Vive_la_France
À vos Agendas ! Voici notre prochaine rencontre festive
Nos dernières activités
Infolettre
Soyez informé de notre actualité
Prochaines rencontres
Partager

N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires !

Veuillez noter que les commentaires sont publiés après approbation du modérateur.

Vos commentaires

No comments

Logo-La-Tricolore-CFI-sans-fond

Envie de nous envoyer un message ?

Indiquer l'objet de votre question